LES MILLE PRINTEMPS

C’est en 2015, autour de Mon Olympe, première comédie engagée de la compagnie Les Mille Printemps, que tout a commencé. À travers cette première création sur les féminismes contemporains, Les mille Printemps entament un long débat autour de la révolte, l’urgence d’agir, la foi militante et les contradictions qui l’ébranlent. Le féminisme est le premier prisme par lequel elles imaginent un théâtre qui parle intimement de celles et ceux qui sont en colère et qui s’engagent à corps perdu dans des combats qui leur semblent justes. Un théâtre sur des initiatives qui semblent aussi belles que nécessaires, qui interroge la capacité de l’être humain à changer et à se reconstruire.

 

Gabrielle Chalmont, metteuse en scène et co-autrice des spectacles, propose tout d’abord à sa complice Marie-Pierre Nalbandian de l’accompagner dans cette première écriture. Cette collaboration confirmera leur envie de travailler ensemble à la recherche d’une langue accessible, ancrée dans le monde d’aujourd’hui, enracinée dans une culture populaire contemporaine, tissée de références aux séries, aux émissions télé, aux sagas littéraires, aux images et aux musiques qui bercent notre époque et qui constituent en grande partie notre vocabulaire commun. 

Une langue pour raconter des histoires d’amour, d’amitié, de tolérance, de colère et d’incompréhension, le tout avec humour et auto-dérision. Une langue qui parle vite, parfois trop, jusqu’à la cacophonie, pour finalement s’arrêter un moment sur une image, un geste, une idée qui tout d’un coup nous échappe, dépasse l’échange et devient plus grande que nous. De dialogues simples et d’actions concrètes sort une poésie et une humanité brute.

Convaincues que les fictions façonnent la réalité, la troupe, composée des deux autrices et des cinq comédiennes permanentes - Claire Bouanich, Sarah Coulaud, Louise Fafa, Maud Martel et Jeanne Ruff - se fédère autour d’un théâtre populaire et positif qui ouvre l’imaginaire à d’autres possibles. Fortes d’un travail de documentation pointu, de recherches de terrain approfondies et d’improvisations poussées, elles récoltent des paroles, les décortiquent, pour ensuite les transformer en objet fictionnel. L’enjeu étant de déplacer, décoller légèrement la réalité et se donner l’occasion de prendre le recul nécessaire pour lire nos comportements, nos façons de vivre, de penser et d’agir.

 

Avec Mon Olympe – les sept jeunes femmes s’approprient le processus d’écriture de plateau qu’elles ne cesseront de faire évoluer au fil des créations. 

 

En 2018, Les mille Printemps présentent Yourte une comédie engagée autour de la transition écologique, de l’altermondialisme et des initiatives collectives. Avec ce deuxième spectacle, la compagnie prolonge sa recherche, elle passe de la remise en question d’un système patriarcal à la remise en question du système dominant. 

 

Ancrée à Montlieu La Garde, un village situé dans le sud de la Charente-Maritime, la compagnie désire profondément y développer son activité et participer activement à la vie culturelle de sa région. Dès ses débuts, l’équipe prend immédiatement le parti de s’installer en milieu rural et rêve à diffuser ses spectacles et ses actions artistiques dans des territoires où l’offre culturelle se fait plus rare. 

 

La compagnie va également à la rencontre des établissements scolaires, des plannings familiaux et diverses autres structures associatives et culturelles. Les spectacles sont alors autant des propositions artistiques que des outils de débat et de transmission que la troupe utilise pour ouvrir le dialogue.